fbpx

Un récit de Jean-Pierre Guillaume – Photos: Jean-Pierre Guillaume

Une croisière à voile inoubliable

J’ai embarqué avec Olivier pour une navigation dans les canaux de Patagonie en février 2012. Ushuaia, Puerto Williams, Tour du Cap Horn, glaciers du Canal de Beagles…ces lieux ont à jamais impregné ma mémoire.

Naviguer au pied des glaciers, au milieu de nulle part, est un moment magique hors du temps et de la frénésie de nos vies quotidiennes. 

Je rêve depuis de retourner dans le grand sud et d’accompagner Olivier en Antarctique.

 

Voici quelques moments marquants de cette navigation.

 

Après les formalités de sortie d’Argentine, nous mettons le cap sur Puerto Williams au Chili, de l’autre côté du Canal de Beagle. Nous y ferons les formalités d’entrée dans les eaux territoriales chiliennes, notre terrain de jeu pour les prochaines navigations.

Nous amarrons à couple du Micalvi, un bateau ravitailleur ayant terminé sa carrière dans les canaux de Patagonie et désarmé en 1961.

Il est échoué comme ponton et Yacht Club dans un bras protégé de Puerto Williams. En touchant le fond, le bateau a pris une légère gîte sur tribord.

Le sol du bar est en pente, mais tant que l’on n’a pas bu quelques Pisco Sur…

Puerto Williams, le Micalvi

Après cette 1ère courte navigation transfrontalière, nous enchaînons les bords dans les canaux, surplombés par les montagnes enneigées desquelles dévalent des bourrasques de vent.

Nous sillonnons dans le dédale des canaux, allons de mouillage en mouillage, tous plus sauvages et solitaires les uns que les autres.

Caleta Olla, en remontant les canaux de patagonie

Caleta Marcial, près du Cap Horn

Au cours de nos navigations, nous croisons une faune extraordinaire : voir voler les albatros, plonger les pingouins, nager les dauphins et les rorquals est tout simplement magique…

Isla Martillo, avec une colonie de manchots

Parmi les mouillages qui m’ont marqué, je me souviens de cette nuit passée au pied des glaciers.

Le bruit généré par le détachement d’énormes blocs de glace qui tombent dans la mer est impressionnant. C’est là que je prends pleinement conscience que le glacier avance en permanence.

Le glacier Seno Pia

Un autre moment inoubliable est la nuit passée au bout d’un ponton à Puerto Toro, et notre rencontre avec les pécheurs de Centolla, une espèce de crabes géants. 

Nous avons troqué quelques kilos de crabe contre cigarettes et vin. Cela a été l’occasion d’un enchaînement de festins et de recettes à base de crabe!

Puerto Toro, dans l’archipel des Wollaston

Les Centolla, crabes géants

Avant ou après cette navigation, je conseille de lire « Qui se souvient des hommes… » de Jean Raspail qui retrace l’épopée des peuples autochtones depuis leur arrivée en terre de feu il y a 10 000 ans jusqu’à nos jours.

Cette lecture fait écho à ce que j’ai ressenti en naviguant dans ces contrées vierges aussi sublimes qu’isolées et où la vie à l’année y est rude.

Merci Olivier d’avoir partagé ta passion pour ces contrées lointaines qui donnent envie d’y retourner.

Naviguer sous le soleil et dans l’eau cristalline des Antilles est extraordinaire, mais explorer les eaux froides et lointaines du Grand Sud, hors des sentiers battus, au pied de glaciers impressionnants et au contact d’une faune incroyable est tout simplement un moment unique et inoubliable !

PROCHAINE CROISIÈRE DANS LES CANAUX DE PATAGONIE

Du 6 au 24 décembre 2021 – 17 jours

Embarquement : Valparaiso, Chili

Débarquement : Ushuaia, Argentine